03/02-09/02 – Volontariat à Pisac, projet Kausay Punku ! 

Pisac, haut lieu de la vallée sacrée, vantée par plusieurs voyageurs que nous avons pu croiser…Nous y voici enfin! On ne s’y attarde pourtant pas tout de suite, on fonce droit sur le village de Masca chez Arcadio qui nous attendait paisiblement. Il nous présente le lieu et le projet familiale qui s’y rattache : Kausay Punku! 

Nous faisons également connaissance avec sa famille, Machu le lama et le chien.
Nous sommes installés dans une belle petite hutte en terre cuite ; le lieu de vie des volontaires est spacieux et confortable (cuisine au gaz!). Il y a même l’eau courante (dehors)!! Mais pas d’électricité…on peut pas tout avoir. Alors vite, on est parti pour une razzia de bougies au petit shop du village.

Durant notre séjour, Arcadio reçoit de la famille, il nous invite donc à leur repas de retrouvailles, l’occasion pour nous de découvrir  la soupe à la viande d’alpaga séchée… (ça peut être si gras un truc si sec?!) mais aussi la cervoise de maïs (sans oublier de verser quelques gouttes par terre pour la Patchamama -divinité de la Terre- avant de boire. Santé!).
En ce qui concerne le travail à fournir, c’est essentiellement de l’arrosage du potager, l’arrosage des plantules, l’arrosage des arbres fruitiers et l’arrosage des plantes aromatiques… on l’aura vite compris : l’eau n’est pas un problème ici! (Ça s’appelle du détournement de ruisseau!)

Une famille fort sympathique d’américains nous rejoindra rapidement. A 6, le travail va encore plus vite. Grâce à cette force de travail vigoureuse et curieuse, une journée sera dédiée à… la distillation de feuilles d’eucalyptus!!! 

Mode opératoire de la distillation.
-Étape 1: prier et remercier la Patchamama. Expliquer aux arbres pourquoi on va les abattre.

-Étape 2 : abattre 2 grands Eucalyptus globulus adultes.

-Étape 3 : effeuiller le 2 arbres entiers pendant des heures. 

-Étape 4 : introduire les 16 kilo de feuilles fraichement récoltées dans la cuve de distillation (le premier qui dit « seulement 16? » ira dire bonjour à la Patchamama).

-Étape 5 : regarder Arcadio tasser les feuilles, mettre l’eau et fermer la cuve.

-Étape 6 : entretenir le feu pendant 3h (et oui, seulement 3! car l’eucalyptus est généreux).

-Étape 7 : récolter un demi litre d’huile essentielle bien odorante à séparer des 5 litres d’hydrolat! 
Beau rendement! Merci Patchamama! 

Le soir, nous cuisinons à la bougie.  Habitué à des ustensiles rudimentaires, la cocotte minute nous fait de l’oeil. Aller, c’est parti pour une bonne soupe de lentilles! C’est sans compter sur le joint qui se fait la malle, on ne sait comment, et qui aboutira à une ouverture explosive et non contrôlée de la cocotte sous pression. Résultats : Elo a un bras et un genoux brûlés, et Pierre une paupière et le coin de la lèvre (comme quoi avoir une grosse barbe, ça peut être utile!). On se rend compte qu’on a eu beaucoup de chance. Nos lentilles un peu moins : elles sont encore accrochées au plafond de la cuisine.
Le jour du départ, nous passons de bon matin par le site archéologique de Pisac, qui est effectivement magnifique.nous serons suivi tout du long par Le chien de la ferme, qui ne nous quittera plus jusqu’à notre monté dans le bus.
C’est à Pisac que nous decouvrirons la chicha morada : jus de maïs noir sucré : un régal! (Et non, c’est pas un Monaco!)

Burger de quinoa aux chandelles !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s