05/03-16/03 – Bonjour la jungle et les Shipibos !

Pucallpa, capitale du peuple Shipibo. C’est le début de la jungle Amazonienne. 25 heures de bus pour l’atteindre…Easy, on commence à être rodé!

20170305_105847

Les dernieres 25h dune semaine de 60h de bus !!

Ce a quoi on était moins habitué c’est le garde (et son gros fusil) qui fit une partie de la route avec nous. En montant il nous annonce qu’on a pas à s’inquiéter : « il est là, et ses collèges veillent sur ce tronçon de route (Fort bien. Parce qu’il fallait s’inquiéter?) Et comme il assure si gentillement notre tranquillité, une petite rémunération est demandée à chaque passager… »
Arrivés à Pucallpa, ambiance côtière (même si on n’est qu’au bord d’un fleuve), et moeurs complètement différentes des villes « montagneuses » du peuple Queshua (Inca). Le style tresses/grosses jupes/chaussettes-en-laines est remplacé par le mini-short et des coiffures modernes. Il faut dire qu’il y a 15 degrés de différence aussi!

20170305_130431

Adieu mes voitures, bonjour les peques peques, mot taxi de la jungle !

20170305_171439

Le temps qu’Elo souffle ses 29 bougies sur une pizza (une vraie!) et une glace (à la maracuya) et on embarque dans une pirogue pour San Francisco, berceau des Shipibo, situé dans une zone « déforestée » de la jungle. Une communauté y vit encore, et y sauvegarde son artisanat et ses pratiques chamaniques.

20170305_160714

Nous nous rendons d’ailleurs chez Leonardo (83 ans) et Lucia sa fille (et ses 3 petits garçons), famille issue d’une longue lignée de chamanes. De génération en génération, ils perpétuent le savoir ancestral et oeuvrent à la sauvegarde de leur culture, en accueillant des locaux et des étrangers, pour leur faire découvrir le pouvoir des plantes de la selva (la jungle!).

Nous y sommes accueillis par Rachel, notre contact. Une jeune britannique expatriée au Pérou, qui s’est épris du projet et aide la famille à le promouvoir.

Malheureusement, le matériel attendu pour construire une maloka (sorte de temple) n’arrivera pas durant notre séjour… Nous ne serons donc pas des volontaires très actifs, mais nous serons heureux de partager notre quotidien avec les 5 autres personnes présentes. Notre présence permettra tout de même de soutenir un peu le projet financièrement. Pour les intéressés, c’est par ici : https://www.gofundme.com/preserve-indiginous-wisdom

20170311_10034620170311_09431620170311_100354

20170315_180113

La maloka, structure sur pilotis qui fait guise de lieu de vie et/ou de ceremonies

20170309_132825

Rachel rencontre les femmes shipibos pour promouvoir l’artisanat local (incroyables broderies aux motifs inspirés par l’ayahuasca)

20170313_173239

Sweet home a base de hamacs et de moustiquaires

Leonardo, c’est un peu Maitre Yoda version Shipibo.Mais son grand âge le pousse à laisser Lucia prendre le relais. Elle a donc pris un peu de temps pour nous parler des plantes. On comprendra qu’elle n’est encore qu’apprentie chamane, qui seconde son père lors des cérémonies. Devenir « Maestro » demande des années. Dans quelques semaines elle va d’ailleurs partir dans la jungle pour plusieurs mois, afin de se connecter plus spécifiquement avec certaines plantes, par le biais de diètes, ce qui lui permettra d’apprendre leur langage et leur utilisation…

Nous entre-apercevons un autre monde, venu du fond des âges, une fois de plus!

Lucia en tenue traditionnelle shipibo

Rachel et l’équipe de volontaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s