25/02-02/03 – Volontariat a Pititayo, pres de Huancayo, Cordillere centrale

Au revoir Cusco, bonjour Huancayo! Capitale du Carnavaaal.  On quitte des festivités pour en retrouver de plus belles. Sauf que là, ça plaisante pas, c’est une vraie institution. On peut voir les différents groupes s’entraîner dans les rues, et les gens du quartier les encourager en se partageant une bouteille de bière (on a eu le droit à notre ptite rasade! ).
Départ pour Pititayo (comme son nom l’indique : petit bled perdu au fin fond de la montagne). Ça prendra du temps, car on part le jour de compétition des bandes de carnaval. On passera devant la scène où siège le jury juste avant de quitter la ville.
 
Après 4h de slalomes (même pas malade!), nous voilà dans la petite communauté où Joles et Julie ont élu domicile. Leur rêve est de mettre en place un eco-village,  attractif pour les jeunes, afin de garder le lieu vivant, en réponse à l’attrait qu’exerce la société moderne et ses villes sur les habitants des milieux reculés.
 
Joles et Julie ont ainsi développé un potager sur buttes, planté des herbes médicinales et aromatiques, constitué un troupeau de vaches, moutons, poules… une cahute (en matériaux locaux) est réservée aux volontaires qui passent pour soutenir le projet.
Malheureusement, le couplé à dû rentrer en Espagne peu de temps avant notre venu. Le troupeau est dispersé dans la famille de Joles… seules les poules restent sur place. Notre boulot consiste donc à arroser le potager (ça va, on connaît) les jours où il ne pleut pas (c’est à dire 1 journée sur la semaine), à ramasser les oeufs et à donner à manger aux poules. Pas trop trop prenant.
20170302_15391720170227_15390820170302_154445
 
On transforme rapidement notre sejour en « semaine concours cuisine »! Grace au four, au tas de légumes et au gros paquet de farine du cellier, on se lance allègrement et sans retenu : soupe à la péruvienne, pizza (façon Georges!), recette cubaine, pains, calsonnes, jus, smoothies, gâteaux, crème pâtissière…rien ne nous arrête! 
20170302_15424920170302_160644
 
17103580_10211676605611780_6035802992192898155_n
Notre soupe était tellement bonne qu’un midi on a retrouvé la porte de la « cuisine » forcée et la marmite entièrement vidée. De la même manière, des oeufs disparaissaient dans le poulailler. On a fini par comprendre dire qu’au Pérou, les gens ne s’occupent pas toujours de nourrir les chiens…
 
Dans le rayon « incongruités », on retiendra aussi le tas de bouses empilées dans cette fameuse « cuisine »… Pourquoi?!
 
La peau du ventre bien tendue, nous reprenons la route pour retourner à Lima, et repartir directement pour Pucallpa, à la frontière de la jungle, la vraie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s