23/04-30/04 – Roadtrip NZ Semaine#1: De Christchurch aux Catlins !

Dimanche 23 Avril : Christchurch en bref, le temps de faire une petite balade à travers la ville pour trouver notre compagnie de location de van. On nous avait prévenu, le centre ville est encore foretement marqué par le séisme dévastateur de 2010.

Un petit cours accéléré de code, version « on roule à gauche », spécialisation « on conduit en automatique » !! On nous présente notre van, à grand coups de Argorn et de Gandalf. Oui, notre van est peinturlurégalement aux couleurs du Seigneur des anneaux… Pas étonnant puisque nous allons parcourir l’île qui a servi à de nombreux scènes de la trilogie ! 

Une rapide prise en main jusqu’au parking du magasin où l’on fera des courses (comme on en a pas fait depuis looontemps), histoire de bien remplir le camion (grand retour de la bière, du vin, du chocolat et des « graines » dans nos assiettes!).
Excités comme des puces, on décide que notre première étape sera de remonter la côte Est, que nous n’avions pas pu descendre. En avant pour Kaikoura (la ville où la route s’est effondrée). Mais avant même de l’atteindre, un tronçon non déclaré est également fermé et force le demi tour. On se dégote un petit camping en bord de mer dans le noir, à l’arrache. 


Lundi 24 avril
: Petit déjeuner au soleil, posés au bord de l’océan. Les résultats du 1er tour tombent depuis la France, on les commente, on imagine les réactions en France et la dessus, un vieil homme vient nous raconter le tremblement de magnitude 6 qui a transformé la région. (Son témoignage dans un autre article). Le dramatique de notre matinée « politique » retombe : tout est relatif! 
On reprend la route vers Christchurch, sillonnent la côte de sa péninsule, cherchons le camping du coin…. sans crier gare, la route d’accès est fermée. Nouveau demi tour. Décidément les tremblements de terre ont eu la main large. Légèrement agacés nous descendons plus tôt que prévu loin de cette zone fragilisée. Tant pis ou tant mieux, on passera la nuit au bord du lac Ellesmere. 


Mardi 25 avril
: Puis on trace vers le sud. On change de territoire, et ça sera visible, tant en termes de paysages que de population. On quitte la « Comté » vallonnée, sillonnée de vignes, pour des grandes pleines plates sur plombées au loin par de hauts sommets. Et dorénavant beaucoup de noms commencent en « Mac… », en « Scott »…on croisera également une procession -commémorant la 1ère Guerre Mondiale- tout en kilt et cornemuses. Pas de doutes : arrivée en territoire écossais. 

On continue de tracer jusqu’aux grands lacs intérieurs d’un bleu translucide éclatant : les lacs Tekapo et Pukaki, alimentés par la fonte des glaciers et neiges des pics alentours. 

Pique nique et balade au bord du lac Tekapo, visite de sa petite chapelle. 

Il faut reconnaître que les efforts de la Nouvelle Zélande pour éviter toute pollution et dégradation sont efficaces : pas un papier, pas une bouteille ne flotte à la surface, le lac offre une vue de ses propres profondeurs depuis le pont qui le traverse au sud.

En route pour notre camping au pied du lac Ohau, où l’on embarque un hitch hicker néo-zélandais, immigré de Russie. Ce sacré personnage nous parle des différences entre son pays d’origine et les pays de l’Océanie. En nous quittant il aura cette phrase mémorable : « don’t do anything I wouldn’t do! »

Mercredi 26 :
Entre deux lacs les couleurs du levé de soleil sont révélées aussi impressionnantes que l’oeuvre d’art à laquelle nous avions assistés pour le couché de la veille. 

Puis la brume se lève et s’installe. On hésite, mais on s’engage tout de même dans ce long cul-de-sac pour le Mont Cook. Heureusement car, après quelques kilomètres seulement, on sort de la purée de pois attachée au carrefour des lacs, et la lumière fût! Nous nous baladerons au pied du Mont Cook via le Kea Point. Jolie balade d’où l’on apercevra les anciens glaciers… Le disparition est très récente : le réchauffement climatique est bien visible ici. Seconde rando de la journée sur un autre versant venteux du mont. 

On y sera (es)soufflé, dans tous les sens du terme 😉

Retour vers le lac Pukaki que nous longerons sur son bord Ouest. On s’y arrête dans une « crique » loin des bus asiatiques. Calme et pureté. Nuages caractéristiques du coin (issus de l’évaporation des  des sommets enneigés qui bordent les lacs au nord). Les couleurs chaudes du couché de soleil commencent à se dessiner dans le ciel et se reflètent sur ces étendues d’eau turquoise. 


Jeudi 27
: l’intermède au centre de l’île se termine, on file vers Omararu pour retrouver la côte Est. Sur la route, ce sont des paysages de grand cinéma que nous croiserons : levé de soleil sur la pleine de la bataille du Pelenors du Seigneur des anneaux ; petit dejeuner face aux surréalistes Elephant Rocks, où fut tourné le campement d’Aslan dans les chroniques de Narni (aujourd’hui retourné a son état de prairie pour moutons…). 

A Oamaru, nous commençons par son parc aménagé très agréable. La ville vante son caractère victorien, particulièrement soutenu dans sa « vieille ville ». Le style est plutôt « néo-victorien », un étrange mélange de rétro remis au goût du jour british. Sur sa côte, deux colonies de manchots ont élus domicile, les jaunes et les bleus. Nous ne verrons que les lions de mer du coin (des petits phoques), endormis sur le chemin d’observation. 

Ce n’était qu’un petit stop, on descend vers Dunedin pour passer la nuit.


Vendredi 28
: A Dunedin, nous commençons par aller à la piscine, pour le sport, bien sûr…si peu pour prendre une bonne douche chaude!! 😉

La ville écossaise nous offrira un parc botanique magnifique (avec un joli jardin des simples). On se balader à entre l’université, son campus, une église reconvertie en brasserie, des fresques de peintures sur les murs…et la rue la plus pentue du monde. Les vallons sont d’un genre abruptes dans le coin. On en avait eu un aperçu le matin même, grâce au GPS qui nous a emmené sur un « raccourcis ». Il ne prenait naturellement pas en compte les dénivelés. Et dans la descente principale, on s’est franchement demandés si les freins pouvaient supporter une telle pression et si le camion n’allait pas juste culbuter vers l’avant et nous retrouver sur le dos.


Samedi 29
La route vers le sud de l’île sud continue, pour entrer dans la région des Catlins. A Kaka Point nous longerons une plage typique du coin, avec ses rochers noirs qui tranchent sur le sable et ses algues géantes qui sèchent lentement au vent. 

Quelques kilomètres plus loin, commence la balade jusqu’à Nugget Point, où d’immenses rochers striés semblent flotter dans l’océan. Magnifique!

L’après midi est loin d’être terminée! Un petit arrêt au « Gipsy House », nous mettra en joie! Ce musée artisanal présente une collection incroyable d’automates fait maison. Des boutons des manivelles partout, il suffit de toucher et d’essayer pour voir l’effet provoqué : déclenchement d’un petit train,  des yeux qui bougent à l’autre bout de là pièce, de l’eau qui coule etc… autant dire qu’on s’est régalé !! Un vrai retour en enfance !

On a pris notre temps pour essayer toutes ces inventions, car le camping n’est plus très loin… Hhum! c’est sans compter sur le pont barré… Impossible de traverser le cours d’eau. Un détour -dans la caillasse (imposant un rythme de 20km/h)- commence,  pour pouvoir passer de l’autre côté… il y avait longtemps. 

Dimanche 30 : arrivés plus tôt que prévu au camping, on le quitte plus tôt. Après 1 semaine de beau temps, l’automne pluvieuse nous tombe dessus : pour éviter de s’embourber, on fonce de bon matin vers LE Slope Point : la pointe la plus au sud de l’île. Pour l’atteindre, il faut traverser des prairies de moutons. On aura de la chance, notre balade sera pile au moment d’une accalmie… la tempête se déchaîne à notre retour dans le camion. Ouf! (On en a vu se faire rincer grassement!!). 

La position des arbres montre le vent quasi permanent sur la côte !

On part tranquillement pour Lumsden, situé plus haut dans les terres. On s’arrêtera à Gore pour acheter un nouveau réchaud à gaz : ce soir, on va manger chaud, par nos moyens! Une belle façon de célébrer la fin de cette première semaine de roadtrip ! 

Témoignage du papy de Kaikoura :

 « 2 minutes et 3 secondes que ça a duré. On ne pouvait plus tenir debout. Les plus longues minutes de ma vie. Au matin, on attendait le retour de la mer sur la plage. Elle n’est jamais revenue. Il n’y a eu qu’un mort heureusement. Mais plus d’électricité pendant plusieurs jours. Les gens partageaient donc les meilleurs plats de leurs congélateurs qui dégivraient. Jamais aussi bien mangé! Les gens qui étaient là de passage, pleuraient en repartant tant il y a eu de solidarité. Maistenez vous bien, suite à cela, les scientifiques ont découvert que la Nouvelle Zélande n’est pas issue de la plaque tectonique Australienne, mais qu’elle est sur son propre continent. Un nouveau continent a été découvert! Il est encore sous marin, mais le tremblement en a fait émerger quelques parties. Si vous allez sur les rochers là bas, vous seriez parmi les premiers hommes à marcher sur ce continent! » Et de conclure par un « Bonsoir » avant de s’éclipser aussi rapidement qu’il était apparu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s