21/06-30/06 – Lao, tout là haut ! 

Vientiane, capitale politique du Laos, est juste de l’autre côté de la frontière. Incroyable comme cette capitale est si sereinement installée en bordure de la Thaïlande. 

En passant la douane, un panneau nous fait sourir : « Passé cette limite, roulez à droite ». Et oui, ancienne Indochine (avec le Cambodge), le Laos garde des séquelles de l’ancien empire colonial Français. Autre chose amusante que nous découvrons d’entrée de jeu : la monnaie nationale est en « kips » (surnom donnété aux « chips » dans une ancienne vie scoute^^). Ça nous fait marrer de nous dire qu’une nuit d’hôtel c’est 50 000 chips… Ouep, ça va en faire des patates! On est d’ailleurs millionnaires au premier gros retrait d’espèces ! 

Nous passons, dans un premier temps, 2 jours à Vientiane, à découvrir ses rues, son marché de nuit, ses quais au bord du Mécong, (bondés de gens entrain de se déhancher en masse pour pratiquer leur stretching hebdomadaire), la cuisine locale (très proche de la cuisine thai, il faut le dire!). 

Plus culturellement, nous avons visité : 

Le palais présidentiel,

Patuxai (leur Arc de Triomphe!),


Le temple Pha That Luang

Nous terminerons la journée avec une note belge puisque tintin nous attire dans ce bar servant des bières de chez nos voisins ! 

Et nous fillons déjà en bus de nuit (1 couchette pour deux, qui dit mieux?!) pour Luang Prabang, au nord du pays. Ancienne capitale politique, elle est aujourd’hui la capitale culturelle du Laos. Calme, tranquille, peu de circulation… Parfait pour se reposer! Nos premiers jours se déroulent donc avec une implacable régularité : sieste du matin / repas / sieste de l’après midi / balade / repas / film / dodo. Dur la vie! 

Bon pour notre défense, il faut dire que c’est au tour d’Elo d’avoir des petits soucis de santé (infection aux pieds et légère sciatique suspecté) (et oui, la trentaine arrive!). Cette semaine de repos est donc nécessaire et réparatrice (message à Maman : pas d’inquiétude, ça va mieux!). Cela nous laisse également le temps de préparer la dernière partie du voyage en Inde.

Pour faire bonne figure, nous sortirons un peu de la Ghest House pour monter -tout de même- en haut du mont Phousi, afin d’admirer le panorama que nous offre Luang Prabang, curieusement installée dans un méandre du Mekong.



Nous assisterons à une cérémonie du matin dans le temple Wat xieng thong et visiterons 2 autres temples bouddhistes.

Le fameux night market de Luang prabang :

Nous irons aussi au musée des arts éthniques du Laos, qui propose une présentation ludique de l’artisanat tournant autour des graines de Jacob’s tear. Héhé, cette utilisation de graines entre tout à fait dans notre thématique de voyage! Découverte des différentes ethnies, de la signification de leurs habits traditionnels et de leur particularité dans le textile  (technique, motifs etc…). 

Pierre ira explorer de son côté la rive opposée, en prenant un bateau. Il y découvrira des caves aménagées, en compagnie de gamins/guides auto-proclamés, lui présentant chaques statuts : bouddha….bouddha…bouddha!..bouddha… Ok. Merci les gars!

Contrairement à l’Afrique et l’Amérique du sud, le touriste n’est pas trop sollicité ici… on nous propose mollement « touc-touc » et « massage », c’est tout. Les seuls qui semblent plus actifs te proposent en fait du cannabis.

On comprend le dicton qui dit que « les Vietnamiens cultivent le riz ; les Cambodgiens, eux, le regardent pousser ; et les Lao l’écoutent pousser ». C’est plutôt clair!

On a même entendu dire que le Laos, c’est « l’Afrique de l’Asie » ! Marque de la présence française ? 

L’ère de repos s’achève… il est temps de retourner en Thaïlande. On enchaînera les tuk tuk, bus et mini van pour atteindre la frontière peu fréquentée de Nguang. Les principaux atouts de cette démarche résident dans le fait de ne pas faire demi tour (et un énorme détour), et d’arriver directement sur notre lieu de formation, proche de cette frontière. Sauf que quasiment aucun touriste ne prend cette route. On fait donc escale dans des petites villes où quasiment personne ne parle anglais… les quelques quiproquos qui en naîtront ne nous détournerons pas du chemin prévu : 

-« 2h de trajet au lieu de 4h…euuuh…on est bien arrivés à Sayabouli?  (Qui s’écrit et se dit aussi sayabouri ou xaiabouri ou xaiabouli…)

-Non. C’est plus loin.

-Ha. On est où alors?

-A Sayabouli!

-Ook, très bien…et quel bus va à Nguang? 

-Y en a pas. Pas possible.

-Mais si, on sait que c’est possible. (Du moins il y a UN témoignage sur internet).

-Demain matin. 

-Ok, merci… Bon y a plus qu’à croiser les doigts alors! »

Les temps d’attentes, nous les passerons, comme tout bon Lao (maîtres dans l’art d’attendre!) (ils installent des hamacs dans leurs touc touc!) Et nous enchainerons minibus et tuk tuk dans l’arrière pays Lao. Des montagnes de forêts, une jungle montagneuse, des rizières, des villages éparses, vendant principalement… des concombres! (Une mamie qui nous avait a la bonne nous en offrira 2! Euuuh… merci!) Malgré l’incertitude, nous arrivons à cette frontière quasi déserte… Le passage de touristes semble tellement inhabituel ici que les douaniers nous font la causette, et s’assurent que nous avons visité les bons sites du Laos… Appartement oui puisqu’ils nous ont laissé passé 🙂

Une réflexion sur “21/06-30/06 – Lao, tout là haut ! 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s