22/07-29/07 – Inde du Sud, nous voilà: Chennai, Mamallapuram & Pondichery !

En sa qualité de capitale de l’état du Tamil Nadu, c’est à Chennai (anciennement Madras) que nous atterissons. Nous sommes arrivés dans la pointe sud de ce pays-continent, et il fait CHAUD!

En attendant l’arrivée de Céline, la soeur d’Elo, on prend nos marques.
Dans cette « petite » ville de 8 millions d’habitants, nous visiterons le fort, les bazar, et longerons la 2ème plage la plus longue du monde (13 km) pour retrouver le quartier où Pierre vécut 9 mois, dans une autre vie. Le temps d’un repas, on retrouvera d’ailleurs Vikram, ancien collègue et ami de Pierre (originaire de Chennai)…autant vous dire que la complicité est tout de suite revenue entre nos deux larrons.

En parlant de retrouvailles, Céline nous fit une arrivée haute en couleurs! Nous avons passé la matinée de son arrivée à pleurer de rire en l’écoutant nous raconter ses péripéties dans l’avion et à la douane (pour s’assurer qu’elle pouvait bien passer, elle a consciencieusement présenté son passeport à tout le personnel de l’aéroport… dans le doute, même les porteurs de bagages y ont eu droit!) Et c’est parti pour l’aventure à 3 pendant 1 mois!

Première étape (essentielle pour un Prouvost) : découverte de la cuisine locale! Mais entre les thali, dosa, idli, uthappam…leurs sauces et compagnie, on s’y perd un peu au début.

Les tenues colorées de la population locale ont également tôt fait de nous émerveiller : sareeh et kurta longues pour les femmes ; doti pour les hommes (porté en paréo) avec un marcel sous la chemise, bien sûr.

On comprend que le Tamil Nadu est un état fier de son identité locale. La culture (et la langue) hindou ont du mal à s’y installer : ici c’est Tamoul. Pourtant la mondialisation n’est pas en reste et déferle en masse. L’exemple le plus flagrant qu’on peut observer c’est quand le coca cola supplante l’eau de coco…au pied même des cocotiers.
Première étape de notre tour : Mamalapuram (ou mahabalipuram), petite ville côtière assez touristique, mais à l’ambiance sympathique. On plonge dans l’histoire, face
à ce temple hindou du 7ème siècle ou encore à ses célèbres « 5 chars » dédiés à des divinités millénaires. Les bas reliefs et la « boule de beurre de Krishna » éparpillés dans la ville, continuent de nous familiariser à la mythologie hindoue (dont Pierre nous fait la lecture).

Puis, cap sur Pondicherry, cet ancien comptoir français, vestige de la Compagnie des Indes Françaises (et oui, il y en a eu une!). On se balade au feeling :
les rues ont un nom en tamoul ET en français ET en anglais. Bien sûr ce ne sont pas les mêmes traductions (l’avenue Goubert n’est autre que la Beach Street…).
Le long de la jetée on croise la statue géante de Gandhi. On entre dans un temple ultra coloré et très vivant (l’opposé même de nos églises), gardé par un éléphant maquillé, bénissant les fidèles de sa trompe (contre un ptit billet) (en parallèle on y découvre le métier de « gardien de chaussures » : car on entre à pieds-nus dans les temples).

Depuis « Pondy », on ne peut pas manquer d’aller à Auroville, cette cité utopique, construite à la fin des années 60, par des idéalistes venus de tous les continents (surtout d’Europe), pour une société plus humaine et plus spirituelle. Les différents documentaires et expositions sur place, nous permettrons d’aborder ce lieu complexe, et d’admirer les projets qui en découlent. Ne passant que sur une journée, on ne pourra pas vraiment y entrer, on devra donc se contenter d’observer en retrait l’impressionnant Matrimandir et les files d’aurovilliens qui y entrent et sortent.

.

La chaleur sèche de cet ancien lieu désertique assomera Pierre et Céline, qui nous fera un petit malaise pour l’occasion (tout ça pour avoir des jus de fruits gratuits!).
Une fois remis de nos émotions, on se prépare pour la prochaine étape : une semaine de volontariat!
On embarquera dans un bus de nuit agité, en direction de Coimbator. Puis on fera « ping pong » ente les feux gares de la ville, pour trouver le bon bus qui nous amènera jusqu’à la frontière du Kerala. Enfin arrivés, on découvre que tout est en grève : pas de taxi, ni de rikshaw pas de bus, pas de restauration…on retraverse la frontière pour déjeuner et voir comment aller jusqu’à Sarang. Un chauffeur de « jeep collective » sera compréhensif, et nous entassera avec 12 autres personnes dans son véhicule 7 places!! On payera le prix fort, mais on arrivera à bon port.

Les bus couchettes ont de VRAIES couchettes :)

Une réflexion sur “22/07-29/07 – Inde du Sud, nous voilà: Chennai, Mamallapuram & Pondichery !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s