06/10-16/10 – Retraite initiatique au bouddhisme et à la méditation, à Kopan Monastery

Le Népal, sommet du monde, pris en sandwich entre les géants que sont l’Inde et la Chine. Plus précisément, sa frontière nord borde le Tibet, ce malheureux ex-pays annexé par la Chine fin des années 50, juste après que Tintin y soit passé dire bonjour au Yeti. Le siège du bouddhisme s’est ainsi vu dépossédé de sa souveraineté, et soumis au régime chinois. Les habitants, et les lamas (pas les mammifères des Andes, mais les moines ayant atteint une certaine sagesse), se sont sauvés par milliers en Inde et au Népal (notez bien que le phénomène continue de nos jours). Le Dalai Lama est exilé à Dharamsala en Inde, comme on l’a évoqué précédemment… mais le plus grand monastère tibétain se dresse aujourd’hui à Kopan.

C’est là que nous nous rendons pour une retraite/formation de 10 jours, axée sur une introduction au bouddhisme tibétain et sur la pratique de la méditation.
C’était sur notre route (le hasard existe-t- il?) à la fois géographique et spirituelle… On y rejoins pas moins de 150 autres personnes spécialement venues ici, depuis les quatre coins du monde : brésiliens, israéliens, néo-zélandais, sud-africains, estoniens… s’y mêlent sereinement. Nous qui nous attendions à être 20…25… On comprend que le lieu est La référence pour ce genre de démarche. Parfait, alors entrons dans la danse!

Notre vie au monastère se déroulera en parallèle des quelques 350 moines et 350 nones. Ainsi les débats des moines, les cloches et les mantra rythment nos journées en semi-silence (on ne parle pas de 19h à 13h, le lendemain) : OM MANI PADME HUM !


La semaine est réglée au poil, mais une soirée de « don de lumière » et la visite de reliques ont apporté des variantes dans notre quotidien. On vous le présente :

Disciplinée, la journée commence vers 6h, avec un petit thé et la méditation du matin (45 minutes), guidée par une none d’origine australienne.
Après le petit-dej, « soeur » Karine -notre référente- nous prodigue quant à elle, son « teaching » (enseignement) jusqu’à midi. Après le lunch, le silence s’arrête, on peut échanger (ouiii!!), se promener dans le parc du monastère et lire les livres et documents d’initiation… bon, on avoue que la sieste était souvent inclue au programme! Le travail de l’esprit, en vrai, ça fatigue 😉


L’emploi du temps reprenait vers 15h, avec une heure de discussion/débat en petits groupes de 10. Puis nouveau teaching avec un « frère » originaire des Annapurna, suivit du thé et de la méditation de l’aprèm. On dîne et le silence retombe. Un temps de questions s’ouvre, et se referme sur la troisième séance de méditation du jour. Pas de doutes, à 21h, tout le monde dort!

C’est sur que la plupart des participants sont secoués. L’image idéalisée que l’on a du bouddhisme s’effrite.
-Sérieux : mon identité n’existe pas? C’est une création de mon… Ego?
-Faire des prostrations? NON mais ça va pas? Je m’agenouille pas devant une statue moi! Même si elle est toute dorée!
-Et ça veut dire quoi que mon esprit n’a pas de « début »?
-Je rêve ou je suis bien entrain de méditer sur « le processus de ma propre mort »…?!
-Mais pourquoi on m’a jamais dit que la première des choses à faire, c’est de s’aimer soi-même?
-Si je comprend bien, quand je fais des choses mal, je me crée un karma négatif, ok. Et ça va influencer -en mal- ma vie future… qui est d’ailleurs rarement « humaine »… euh, admettons. Donc je dois profiter de cette vie pour sortir du cycle de souffrances du samsara…D’accord… et la technique magique c’est? La méditation?! Bien bien bien… comment on fait quand on a mal aux fesses au bout de 5 minutes?
Faites comme Pierre : chopez une chaise!

Au cours de ces 10 jours, les sentiments se mêlent : incrédulité, frustration, doutes, refus, colère, émerveillement, apaisement, compréhension.
Certains optent pour des slogans : « just be in the present moment », le bonheur est dans l’instant présent!
D’autres quittent le monastère avant la fin : trop strict, trop puriste.
Nous, on se dit qu’il faut vraiment aller au bout du programme pour le comprendre.
Car ici, pas d’adaptation aux petits occidentaux, on entre dans la philosophie telle qu’elle est : brute de décoffrage!

Les deux derniers jours sont même en silence complet (même pas de temps de questions!), avec 5h de méditation réparties sur la journée. Ça c’est une expérience! (Oui : Pierre a survécu!)

On est ressorti de là un peu différents ; plus ouverts, ça c’est sûr! Bien que, pas complètement conquis par l’aspect « dogmatique ». Mais on se trouve plus nuancés  sur nos (anciennes) certitudes et croyances. L’avion que l’on prend juste en sortant du monastère n’est pas le seul à nous faire décoller! A méditer…

P1000941

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s