17/10-07/11 – Retour en Inde: Diwali, Haridwar & Rishikesh

Une vache aux cornes peintes en vert somnole entre des dizaines de moto garées.
Une bande de chiens vit sa vie de chien de son côté.
Un singe passe nonchalamment.
Des hommes boivent du chai le petit doigt en l’air, discutent assis par terre à même le bitume ou réarrangent leur dhoti, autour de leur taille.
Des femmes attachent des chapelets de jasmin frais dans leurs cheveux, traient des vaches  le long de la route, ou vendent des fruits exotiques à grands cris.
Des chauffeurs fixent des colliers de fleurs à leur véhicule, somnolent au volant en attendant leurs clients ou roulent après les individus pressés.
Des grands mères dessinent des kolam, petits mandalas de protection en craie, devant leur porte d’entrée.
Des familles de pèlerins, habillées de jaune, passent pieds nus, en longues processions.
Des enfants accourent vers nous, pour nous demander -chacun leur tour- « what your name »…certains tentent de discuter en anglais, alors que d’autres se cachent la tête dans le sahree de leur mère.
Ces mères ont parfois des chevelures descendant plus bas que leur taille, alors que d’autres sont rasées à blanc… quoi qu’il en soi, elles sont souvent hautes en couleurs! Dans leur kurta ou sahree colorés, elles arborent de lourds colliers dorés au cou, des dizaines de bracelets aux poignets, des clochettes aux pieds, des percing aux oreilles et au nez.
…Pas de doutes, on est de retour en Inde! 🙂
A peine atterrit, on roule vers Haridwar, l’une des 7 villes sacrées d’Inde. On a vécut le « Noël népalais » trois semaines plus tôt,  maintenant vient le tour de Diwali : le « Noël indien »! Pendant une semaine, en plus des habituels (et incessants) coups de klaxon, retentissent les bruyants (et incessants) coups de pétards aux quatre coins de la ville. Le soir, ça vire au « son et lumière », car s’y ajoutent des feux d’artifices et des milliers d’offrandes de bougies sur le Gange. Nous irons assister à l’une de ces « arti », avec pas loin de 30 000 indiens!
Les marches au bord du fleuve se transforment en gradins et les gardiens se muent en chauffeurs de salle, ils aspergent la foule avec l’eau du Gange, et des clameurs retentissent par tronçon de rive.
Des femmes passent appliquer des tikas sur les fronts nus. D’autres vont se plonger en entier dans les eaux (fraîches apparement!). Soudain, on aperçois au loin, les prêtres bénir le feu à grand renfort de cloches. La famille assise à côté de nous, nous partagent deux de leur « paniers d’offrandes » (fleurs et bougies) : on est de la partie! Nos petites embarcations dériveront gaiement sur les flots pendant qu’un flot de flash nous mitraillera… on finira par s’enfuir pour ne pas être sur les photos de toutes les familles du coin!!
Pour le jour principal de Diwali, on se rend à Rishikesh, à 30 km en amont du fleuve. Sa source n’est plus si loin, l’eau y est claire et bleu turquoise : vraiment pas l’image que l’on a du Gange. On nous accueille chaleureusement à l’école-clinique ayurvédique où l’on a prévu de suivre des formations sur… l’ayurvéda! Pour bien commencer on ira visiter avec les autres élèves (et patients) une grotte sainte au bord du Gange (on y mettra même les pieds!), on assistera à la cérémonie religieuse et au repas festif!
En plus du cours de yoga matinal,
Pierre a choisi de suivre une semaine de cours sur la Marmatherapie, à savoir les points de pression énergétiques (proches de ceux de l’acupuncture). Et Elo, suit un cours sur les principes de nutrition ayurvédique, avec cours de cuisine en partie pratique!
On est tellement à fond, qu’on s’inscrit chacun à un cours d’initiation au Reiki (niveau 1), de l’autre côté du pont Lakshman Jula.
On est ravi d’apprendre autant de choses nouvelles, qui nous confortent dans l’exploration de voies alternatives!
On sera glorieusement « diplômé », à l’occasion de la cérémonie de clôture d’une promotion de l’école : une soirée mémorable!
20171027_171352
Malheureusement, même les menus équilibrés de l’école n’empêcheront pas Elo de récidiver une tourista. Le programme de la suite est donc chamboulé : impossible de descendre dans le Sud. Après 2 jours de jeûn et de repos, commence le traitement dans la même clinique où l’on a suivi nos cours. Des tas de pilules aux herbes, des massages aux huiles et caisson de vapeur aident à réorganiser ses intestins.
 20171031_090750
Pendant ce temps, Pierre suivra le cours de massage ayurvédique à l’huile, pour s’occuper, (son cours de « marma » prendra une nouvelle dimension!). Et pour faire bonne figure, il s’attèlera à la formation de niveau 2 du Reiki! Il est tellement emprunt de cette dynamique que les vaches et chiens qu’il croise dans les rues, viennent demander son attention 😀
Pour ce qui est des singes, c’est une autre histoire, car il s’est  littéralement fait raquêté par un macaque-aux-grandes-dents-et-au-cul-rouge, qui lui a sauté dessus et embarqué son sac de fruits.
Au total on restera quasiment trois semaines à Rishikesh. Notre plus long séjour au même endroit! Bonheur de ne pas devoir refaire les sacs à peine défaits, et de se créer une petite routine. On croisera ainsi la route de quelques français avec qui le courant passera bien et on se sentira un peu comme à la maison : Anne, Gaëlle, Pascal et Lise, « Mahi »… ce fut un plaisir! (On estime qu’approximativement la moitié de nos conversations concernait la bouffe! Le mots « Maroilles » est revenu 243 fois environs… chercher le manque!!)
Les bonnes choses ont une fin, le compte à rebours affiche 30 jours avant le (Le) retour!! Il est temps de passer à la dernière étape : le sud de l’Inde bis!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s